BASKET (H) : LES SOUVENIRS DE KEVIN MAULIGALO…

Landais de cœur né à Lille (Nord) et travaillant aujourd’hui à Toulouse (Haute-Garonne) comme informaticien, Kévin Mauligalo est membre de l’équipe corpo des Bras Cassés (Sopragroup) et sélectionné dans l’équipe de France FSGT qui participera aux prochains Jeux sportifs mondiaux de Riga en Lettonie du 13 au 18 juin… Engagé dans cette aventure pour «partager une belle aventure humaine» avec son équipe tout en retrouvant un «esprit de compétition», cet homme de 28 ans étrenne une nouvelle rubrique sur ce blog : «Les souvenirs de…»

Premier souvenir de basket ?

Kévin Mauligalo : Un match avec les Harlem Globetrotters quand j’avais 5 ans, je venais à peine de commencer le basket. Le niveau de jeu, le show, était impressionnant. C’était à Proville, proche de ma ville natale dans le Nord.

Premier match ?

Kévin Mauligalo : Horrible ! Je jouais avec le fils du coach et on n’avait le droit de rien faire, à part lui faire une passe… Du coup, j’ai arrêté de jouer pendant 2 mois. Et puis un événement dans ma vie perso, m’a fait me rendre compte que c’était bête de tout lâcher, alors j’ai repris.

Premier panier ?

Kévin Mauligalo : Facile ! Je jouais en baby basket et comme j’étais grand je n’avais qu’à lever les bras pour déposer le ballon dans le panier…

Plus belle victoire ?

Kévin Mauligalo : En Cadets 1 alors que j’étais à l’UJSBP (le club de Buglose et Pontonx dans les Landes) en Fédération française de basket-ball. Nous étions en promotion d’excellence départementale (D2 maintenant) puis nous sommes montés en pré-régions (officiellement «excellence départementale» devenue D1 aujourd’hui) grâce à une victoire sur un panier au buzzer beater après 3 prolongations. C’était l’accomplissement d’un dur travail accompli pendant toute une année…

Défaite la plus triste ?

Kévin Mauligalo : Un quart de finale de la coupe des Landes perdu avec le CSGB (Club de Cassen et Saint-Geour-d’Auribat, toujours dans les Landes) en Cadets 2. Nous étions en promotion d’excellence départementale (D2) de la FFBB et je loupe un lay up face à un défenseur à la dernière seconde du match. On perd d’un point, mes coéquipiers m’en ont voulu longtemps… Depuis, je n’ai plus loupé un double pas !

Premier contact avec la FSGT ?

Kévin Mauligalo : En arrivant sur Toulouse, j’ai arrêté le basket pendant 2 ans puis une ancienne collègue m’a parlé de son équipe de corpo. Je ne connaissais pas la FSGT, mais après quelques entraînements et un match amical, j’ai pris la licence. Et bonne surprise, mon meilleur ami, avec qui j’ai joué 8 ans en club, travaillait lui aussi dans cette boîte et voulait également reprendre le basket ! Nous jouons donc encore ensemble aujourd’hui…

 

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s